AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

The riddles you speak. they have no real meaning.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SKJALDMÖ
Rp's : 271
Arrival : 18/02/2018
Faceclaim : Katheryn Winnick
Métier : Fermière et guerrière

MessageSujet: The riddles you speak. they have no real meaning.  Mer 7 Nov - 17:31

The riddles you speak. they have no real meaning.


Les raids de cet été n'avaient pas été le succès escompté. Sommes toutes, la plupart des hommes étaient de retour, rapportant sur nos bateaux quelques victuailles d'outres-mers et un lot d'esclave à revendre.  Déjà, Tyldr promettait que l'année prochaine, les Dieux seraient plus généreux envers nous et que la patience nous serait bénéfique. Il n'éprouvait aucun problème à convaincre notre peuple de la viabilité de ses idées alors que l'enthousiasme d'un printemps prochain se faisait déjà sentir sur toute la région. Tout l'été, le nouveau jarl de Skâne s'était affairé à tisser les mailles de son plan. Ses idées semaient l'espoir dans les esprits les plus dégourdis qui choisissaient d'embrasser ce vent de changement.

Le même matin, un homme vint à nous avec une nouvelle peu fleurissante. Comme si les ases s'amusaient à tester la valeur de mon mari, on nous apprenait qu'un esclave trop malade venait de mourir. Non seulement son propriétaire actuel ainsi que plusieurs des marins l'ayant côtoyé en mer souffraient, eux aussi, des mêmes symptômes.

Avec l'hiver à nos portes, les coups de froid se multipliaient causant de l'inquiétude auprès des citoyens du village. Plusieurs venaient à nous à la recherche d'aide ou d'un antidote afin de soigner leurs proches. Malheureusement, alors que les personnes âgées et les nourrissons se battaient pour survivre, seul le temps pouvait venir à bout de leur mal. Pour la première fois, en tant que Jarl, Tyldr se voyait confronté à un problème pour lequel il n'avait pas la solution. Autant voulait-il venir en aide à son peuple, qu'il n'y pouvait rien. Son impuissance l'agaçait et les reproches injustifiés s'entassaient vicieusement dans sa tête. Nous ne pouvions que prier les Dieux et espérer leur clémence.

Chez nous, Asgeir avait été le premier à tomber malade, la fièvre le forçant au lit pendant un peu plus qu'une semaine. Deux jours plus tard, Styrbjorn se plaignait de douleur à la gorge et de maux de tête. Tous les deux retrouvèrent la santé assez rapidement retournant à leurs activités quotidiennes comme si de rien était. La maladie avait suscité plus d'inquiétude que de dégâts. Les cas se faisaient de plus en plus rares et en comptant l'esclave, le bilan s'élevait à moins que dix morts.

***
Après une longue soirée a célébré la fin de récolte, le grand Hall plongeait dans les abîmes se mutant peu à peu dans le silence de la nuit. Tyldr et ses plus fidèles amis terminaient les cuves de bières restantes autour des dernières braises du foyer. Leurs rires roques résonnaient dans les toits portant avec eux la légèreté du moment. Les enfants dormaient ici et là, endormis là où ils étaient tombés. Asgeir, au sol, la tête sur les pieds de son père, tenait encore dans sa main la corne dans laquelle il avait gouté pour la première fois au goût amer du houblon. Quelques gorgées seulement avaient suffi pour le mettre hors service.  

Il n'était pas encore minuit lorsque j'avais quitté la réception.  La fatigue m'avait prise de court avant le repas et l'appétit n'était pas au rendez-vous. Au premier abord, j'avais cru à des symptômes normaux de cette grossesse qui tirait à sa fin. Notre bébé allait naitre d'ici l'arrivée de l'hiver et au point où j'en étais, il n'y avait rien de plus normal que d'être plus fragile à l'épuisement. Mais quand Tyldr vint au lit, me réveillant en se laissant choir à mon côté, je me réveillais dans un sursaut, trempée, brulante, nauséeuse et sur le point de vomir. À mon tour, j'étais malade.

Trois jours de fièvres s'en suivirent, m'empêchant de même sortir du lit, de manger ou même de m'occuper de mes enfants. Le matin suivant, on disait de mon état qu'il s'améliorait bien qu'il ne s'agissait que d'une illusion. L'inquiétude naissait dans mon esprit alors que mon enfant à naitre ne se mouvait plus en mon ventre. Jamais n'était-ce arriver lors de mes grossesses précédentes. Jamais, un petit n'avait été si calme aussi longtemps et mon instinct ne me laissait présager rien de bon. Le seer avait prédit qu'un fils de Tyldr périrait. Était-ce possible qu'il ait présagé cette maladie et la perte de ce petit que je portais? Sa prophétie ne concernait-elle pas Hvitserk, Asgeir ou même Styrbjorn? Quoi qu'il en soit, mes peurs se concrétisaient. Les douleurs de l'enfantement apparaissaient. Dans la nuit, le sang et les larmes, naquit une petite fille beaucoup trop chétive pour qui la vie ne serait qu'un aller simple pour le royaume de Hel.  


_________________



“The Future is open. Trust in the gods. Live for each moment.”

(c)Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas
The riddles you speak. they have no real meaning.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» real nan cho
» THE REAL PROBLEM WITH HAITI
» [Real Madrid] Riki Kaka'
» Real Life Bolter!
» Real Sociedad - Chelsea FC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WILL OF GODS :: Sjaelland :: Skåne :: Grande Halle-